COMPAGNIE

oiseau-monde.png

 

LA COMPAGNIE l’OISEAU MONDE

1

Créée en 2009 sur le terreau puissant des désirs et des rêves de théâtre qui se reconnaissent entre eux, la compagnie l’Oiseau Monde a forgé son identité au travers de la promotion d’une parole contemporaine – celle d’Alexandra Lucchesi-, de l’esthétique « du-peu-du-moins-cela-suffit » et de travaux hybrides, relevant à la fois du geste artistique et de l’action culturelle. Aussi, et depuis l’avènement de la structure, l’équipe artistique a su développer une vraie capacité à aller à la rencontre de publics différents et à faire émerger une langue commune -celle du cœur et des choses simples- ; ces aventures d’humanité, la plupart du temps tout-terrain, ont également permis d’aguerrir son adaptabilité, et l’audace doublée de la grande joie d’avoir à se réinventer. Salles de classe, gymnases, salons de particuliers, jardins, halls ont accueilli Joie, une rêverie poétique et musicale architecturée autour de la figure forte de Camille Claudel ; Un dromadaire en Démocratie, seul en scène polyphonique dédié à l’idée de démocratie ; Vacarmes, puis, Risk’n’Roll, sa formule lycéenne, essaim contrasté de saynètes en lien avec l’addiction et les conduites à risques ; le projet Confluences, pétri de collectes réalisées dans un centre de rééducation fonctionnelle, de temps d’écriture et de jeu partagés puis, restitués publiquement ; le projet Récits de ma place ou l’accompagnement d’un village dans le sud de la France dans son appropriation de la métamorphose du paysage urbain. Bientôt, l’équipe artistique investira le site d’Icare à Chevigny-Saint-Sauveur pour une année complète ; ensemble, résidents, personnel encadrant et artistes tricoteront le projet Cape?, une aventure protéiforme qui mêlera écriture, théâtre et captations filmées autour du thème du super héroïsme. En parallèle, Sarah Camus mettra à jour Debout, de bois, sa création dédiée à la toute petite enfance qui s’inscrit dans le cadre du dispositif TJP imaginé par le LAB et La Minoterie.